Économie

L’impact de l’inflation sur la baisse des ventes de produits bio en France

inflation
41views

La popularité croissante des produits bio en France a été freinée par une chute des ventes ces dernières années. Les producteurs et les acteurs de l’industrie bio s’inquiètent de cette tendance et ont appelé à une action urgente pour sauver la filière. Une des causes principales de cette chute est l’inflation, qui pèse lourdement sur le pouvoir d’achat des consommateurs français. Face à des dépenses accrues, les consommateurs renoncent aux produits bios au profit d’autres produits « durables ». Cet article examine en détail les effets de l’inflation sur les ventes de produits bio et explore les alternatives durables choisies par les consommateurs.

L’impact de l’inflation sur les ventes de produits bio

L’inflation a un effet significatif sur les habitudes de consommation des Français. Selon NielsenIQ, l’inflation devrait entraîner un surcoût moyen de 990 euros par foyer en 2023 par rapport à 2021. Pour faire face à cette augmentation des dépenses, les consommateurs doivent effectuer des arbitrages dans leurs achats. Bien qu’ils fassent leurs courses plus fréquemment, ils réduisent le nombre d’articles dans leur caddie.

Les produits bio sont particulièrement touchés par cette nouvelle réalité économique. Les chiffres de l’Agence bio révèlent une baisse des ventes de 8,6% dans les magasins spécialisés et de 4,6% dans la grande distribution en 2022. Cette tendance se poursuit en 2023, selon Nielsen. Le pourcentage d’articles bio par rapport aux achats totaux a diminué de 4,4% en 2021 à 3,9% en mars 2023. Cette baisse des ventes est observée dans la plupart des rayons, à l’exception de quelques catégories comme le surgelé et les produits d’hygiène et beauté.

Les produits « durables » en alternative au bio

Les consommateurs français, conscients de l’importance de la durabilité, recherchent des alternatives abordables aux produits bio. Ils sont sensibles aux allégations telles que les « emballages durables », la « réduction/zéro déchet » et les « produits avec des énergies propres ». Ces produits « durables » continuent de gagner en popularité malgré l’inflation.

Certains produits « alternatifs » se démarquent particulièrement. Les produits « sans pesticide » enregistrent une croissance de 24,9% sur un an, suivis par les produits « plein air » (+17,6%), « sans conservateur » (+13,8%), « label responsable » (+12,8%), « sans gluten » (+9,1%), et « sans huile de palme » (+7,1%). Ces alternatives durables sont souvent plus abordables que les produits bio, ce qui attire les consommateurs soucieux de leur budget.

Les prix des produits bio étant plus élevés que ceux des produits durables, de nombreux consommateurs se tournent vers des options moins coûteuses. Par exemple, une boîte de 6 œufs bio coûte en moyenne 2,78 euros, tandis que des œufs « label rouge » sont vendus à 2,33 euros, des œufs « plein air » à 1,90 euro et des œufs de poules élevées « au sol » à 1,62 euro. De même, le prix moyen au kilo de haricots verts bio en conserve est de 4,62 euros, alors que la version « sans pesticide » coûte 2,51 euros et la version conventionnelle 1,86 euro.

L’inflation a un impact significatif sur les ventes de produits bio en France. Les consommateurs, confrontés à une augmentation des dépenses, se détournent des produits bio au profit d’alternatives durables plus abordables. Cette tendance a entraîné une baisse des ventes dans les magasins spécialisés et la grande distribution. Pour soutenir la filière bio, il est essentiel que des mesures soient prises pour atténuer les effets de l’inflation sur les prix des produits bio et rendre ces produits plus accessibles aux consommateurs.